" Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être ! "

Charles Baudelaire, À une Passante .

Deux interprétations théatrales d'un alexandrin.

Proposition 1 (horizontale):
Cette fois ci je me place au plus proche du rythme, dans une logique analytique, donc horizontale. En syllabes c’est « 2, 4, 2, 4 », entre accélération et décelération, mais aussi métaphore de plusieurs plans, entre position géographique et temporelle. Par dessus tout, c’est un jeu de contrastes extrêmes, entre un regard court et l’éternité. Le temps fuyant, donc, juste un oeuil au coeur d’un ouragan, de loin à jamais, jusqu’au point d’exclamation final


Proposition 2 (verticale):
Je ressens ce vers comme une chute, une descente dramatique vers un espoir qui disparait : j’y entre d’« ailleurs », perdu dans l’ouragan du poème, bien loin mais je suis surtout ICI ! Puissant désenchantement, d’une violence explicite, un cri grave et distinc, il est trop tard. Comme une définitive perte du temps « tardif », jamais m’emporte, me tranche, autant aiguisé qu’italique. Enfin, un dernier souffle suspendu, au fond peut-être sans espoir, retombe sans vie.